fbpx
WeissAppetito_Logo

Génie des conduites

17. mars 2022

200 ans de recherche

C’est en 1821 que, à la suite d’indices, Carl Christian Friedrich Glenck se met à rechercher le sel dans le nord-ouest de la Suisse. Il en trouve enfin en 1836 à Muttenz à la « Rotes Haus » au bord du Rhin. En raison de désaccords survenus avec les propriétaires du lieu sur le forage, il fonde en 1837 la « Saline Glenck, Kornmann & Co. ». Mais il n’est pas le seul à chercher du sel et, vers 1841, deux autres salines voient le jour, la «Saline Kaiseraugst » et la « Saline Rheinfelden ». En 1909, les différentes salines du nord-ouest de la Suisse fusionnent et donnent naissance à la société « Salines Suisses du Rhin SA ». Celle-ci fusionne à son tour en 2014 avec la Saline de Bex SA et devient la société «Salines Suisses SA». Depuis cette époque, cette société extrait le sel pour répondre à tout type de besoins.

On distingue en général trois types de sel : le sel ignigène, le sel de mer et le sel gemme. Leur production recourt à une méthode et à des moyens spécifiques. La société Salines Suisses produit le sel ignigène par évaporation. Le sel de Salines Suisses est obtenu sur les sites Schweizerhalle, Riburg et Bex par forage et lessivage de couches de sel gemme gisant jusqu’à 400 mètres de profondeur. La saumure concentrée est transportée dans des conduits de transport à la citerne du puits de forage puis, de là, acheminée à la saline pour être épurée et cristallisée dans la station d’évaporation. Autrefois, la solution saline (saumure) était réduite par évaporation dans de grandes poêles. Le sel ainsi produit était appelé sel ignigène, un terme traditionnel toujours utilisé. La saumure est collectée dans de nouvelles citernes à saumure brute qui ont été conçues pour optimiser le processus de production. La saumure brute n’est en fait rien d’autre que de l’eau fortement salée. En raison de la forte teneur en sel, ces citernes en acier doivent néanmoins être dotées d’un revêtement spécial qui empêche la décomposition du métal par oxydation. Deux nouvelles citernes d’une hauteur totale de 24 mètres et d’un diamètre de 14 mètres ont été réalisées en 2020 sur le site Rheinfelden des Salines Suisses par la société Josef Muff AG. Les citernes de cette taille ne peuvent pas être fabriquées en une seule pièce mais sont soudées et assemblées sur place en différentes étapes.

 

Deux nouveaux réservoirs à saumure brute
Hauteur totale: 24 m, diamètre: 14 m

 

Préparation
Travaux de soudage
Travaux de soudage

 

Le plus gros enjeu de ce projet était son calendrier serré et la rareté de ce type de missions. Le secteur de la construction de citernes est limité et les commandes de cette ampleur sont plutôt rares. Un ancien collaborateur de Josef Muff AG s’était ici proposé pour apporter son soutien et partager ses connaissances afin de pérenniser ce savoir-faire. Le délai d’exécution du projet ne devait pas dépasser 23 semaines. Grâce à l’aide de toutes les équipes de Josef Muff AG, il a été possible d’optimiser le calendrier serré de l’assemblage et de respecter la date d’achèvement prévue.

 

Team Josef Muff AG
Réservoirs à saumure brute finis

 

Une autre particularité de cette mission était le haut niveau de qualité imposé au revêtement. Les revêtements intérieurs et extérieurs ont été confiés au spécialiste BETOSAN AG qui connait parfaitement le comportement du sel et les risques de corrosion des citernes. Après consultation du client, ce dernier a su choisir et réaliser le revêtement optimal selon l’état actuel de la technique.

 

Rapport revêtements de la société BETONSAN AG

Dès la première réunion avec les ingénieurs et directeurs de chantier de la société Rapp Infra AG, il était clair que nous parlions la même langue. Dès les entretiens préliminaires, nous avons donc pu optimiser les processus opérationnels et éliminer les difficultés techniques. L’expérience en revêtements de citernes dont bénéficie BETOSAN AG a permis de répondre sur mesure aux besoins des Salines Suisses SA. Contrairement à d’autres citernes droites de cette taille, les deux citernes à saumure brute de la société Salines suisses SA ont la particularité de n’avoir aucun toit et d’être donc ouvertes. La mise en place d’un échafaudage à l’intérieur et à l’extérieur ainsi que la pose d’un toit spécial protégeant du vent et des intempéries se révélaient donc une tâche complexe.

Il fallait un revêtement intérieur des citernes qui non seulement tienne compte des aspects techniques tels que la résistance, le certificat de conformité alimentaire et les grandes épaisseurs de couche, mais respecte aussi un autre critère bien spécifique : l’usinabilité et le séchage à une température minimale de 10 degrés Celsius. Cette difficulté aussi a été maitrisée en collaboration avec un fabricant opérant à l’échelle internationale et les travaux de revêtement ont pu démarrer.

Comme Josef Muff AG, nous avons dû nous aussi nous plier à un calendrier serré. Avec notre personnel formé à cet effet, nous avons pu appliquer le revêtement intérieur en quelques jours et sous des températures encore modérées. Les basses températures de la nuit n’étaient plus un problème grâce à un chauffage d’appoint des citernes. Nous avons respecté tous les paramètres importants tels que la structure des couches et les conditions climatiques et terminé le revêtement intérieur dans les temps impartis.

Les multiples couches de peinture extérieure ont été appliquées parallèlement aux travaux préliminaires du revêtement intérieur. La chaleur du mois d’août a mis la main-d’oeuvre et le matériel à rude épreuve. Il est même parfois arrivé à notre équipe de commencer le travail sur l’échafaudage dès cinq heures du matin. Malgré toutes les circonstances particulières, les travaux ont été réalisés dans les règles de l’art et en toute sécurité.

Participants au projet

Maître d'oeuvre
Schweizer Salinen AG, Pratteln

Réservoirs à saumure brute
Josef Muff AG, Sarmenstorf, directeur du projet Claudio Hosang

Revêtement des réservoirs
BETOSAN AG, Pratteln

fr_FRFrançais
WeissAppetito_Logo